29.1 C
Casablanca
Mercredi, septembre 22, 2021

Plateforme sur le travail des enfants : Initiative menée par la CGEM pour contribuer à l’élimination du travail des enfants au Maroc

ILTESAM : Initiative pour la Lutte contre le Travail des Enfants par le Secteur privé Au Maroc et après Iltesam = Engagement

Pour des raisons éthiques et commerciales, il serait très souhaitable que les entreprises joignent leurs forces et contribuent, à travers cette Plateforme, à accélérer les actions menées pour l’éradication du travail des enfants au Maroc

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La Plateforme sur le travail des enfants est une initiative pionnière menée par la CGEM en vue de contribuer à l’éradication du travail des enfants au Maroc. Elle vise à accompagner les entreprises membres dans leurs actions de lutte contre le travail des enfants en mettant à leur disposition toute l’information nécessaire, des kits de sensibilisations et des formations en ligne. Elle ambitionne également de les aider à échanger entre elles pour partager les bonnes pratiques dans ce domaine.

Cette Plateforme offre aussi aux entreprises l’occasion de contribuer concrètement à l’atteinte de la cible 8.7 des objectifs de développement durable des Nations Unies qui exhorte les pays à prendre des mesures immédiates et efficaces pour mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes d’ici 2025. 

QUELS SONT SES OBJECTIFS DIRECTS ?

 Œuvrer pour l’amélioration du respect par les entreprises des normes nationales et internationales en matière de lutte contre le travail des enfants.

Mettre à la disposition des entreprises un mécanisme d’échange des connaissances sur les stratégies de lutte contre le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement.

Encourager les entreprises à élaborer des approches pratiques et collaboratives pour lutter contre le travail des enfants.

POURQUOI AGIR ?

Les estimations mondiales de 2016 sur le travail des enfants ont révélé que, dans le monde, 218 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent. De plus, 152 millions d’entre eux sont victimes du travail des enfants, dont près de la moitié, 73 millions, sont astreints à un travail dangereux. Même si depuis 2000, le travail des enfants a diminué de 38 %, les estimations de 2016 indiquent également qu’il recule à un rythme plus lent ces dernières années.

Au Maroc, selon l’enquête nationale sur l’emploi réalisée par le HCP en 2018, le nombre des enfants au travail de moins de 15 ans s’élève à 41 200 (90 % en milieu rural et 10% en milieu urbain). Ce phénomène est en nette régression depuis 1999 où il atteignait 517 000. D’après la même enquête sur les 247 000 enfants âgés de 7 à 17 ans qui sont occupés économiquement, 162 000 enfants accomplissent des travaux dangereux. C’est-à-dire 2 enfants sur 3 qui travaillent seraient directement exposés à un travail dangereux.

Vu la situation actuelle de l’état d’urgence dû au coronavirus, le risque potentiel du travail des enfants devient plus important. La déperdition scolaire, qui est la première cause du travail des enfants au Maroc, aurait tendance à s’aggraver avec la fermeture provisoire des établissements et l’appauvrissement des familles. Cette plateforme ambitionne le devoir de vigilance des entreprises pour ne le non recours au travail des enfants même s’il y a une demande des familles.

COMMENT AGIR ?

En adhérant à la Plateforme sur le travail des enfants, l’entreprise pourra :

  • Participer à l’initiative mondiale et nationale de l’éradication du travail des enfants d’ici 2025.
  • Prendre part aux réunions trimestrielles de suivi de la mise en œuvre du plan de travail périodique.
  • Travailler avec d’autres entreprises à l’élaboration de modèles de collaboration innovants pour lutter contre le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement grâce à une approche centrée sur le travail décent.
  • Accéder à une série d’outils pratiques comme la vérification de l’âge, le suivi et la recherche de solutions, ainsi qu’à des activités de formation et de renforcement des capacités.
  • Recevoir une formation et des orientations sur l’utilisation de contenus facilement transposables concernant la lutte contre le travail des enfants, particulièrement dans les travaux dangereux.
  • Recevoir des orientations sur les améliorations à apporter aux politiques et aux pratiques internes à la lumière des conventions de l’OIT sur le travail des enfant, des autres normes et instruments internationaux du travail, des principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et de la législation nationale.

QUI PEUT DEVENIR MEMBRE ?

Peuvent devenir membres de la plateforme les entreprises de tous les secteurs, quelle que soit leur taille, qui souhaitent contribuer à l’élimination du travail des enfants au Maroc. La Plateforme accueille également les organisations compétentes qui s’emploient à aider les entreprises à lutter contre le travail des enfants.

Les réunions trimestrielles s’adressent aux cadres supérieurs directement chargés de ces questions, comme les responsables des ressources humaines ou les responsables de la passation des marchés.

DERNIERS ARTICLES